Je vais lentement mais surement. Trop de malaises, trop de fatigue. Mi mai j'en saurai plus. En attendant je sème des haricots, des salades, des carottes, etc ... on peut faire tout ça même en étant mal fichu. 

Beaucoup de pluie cette dernière semaine. Tant mieux. Il fait frais mais la température minimale n'est pas descendu en dessous de 2 °C. Donc j'aurai des mirabelles, quelques quetsches, cerises, poires et pommes et beaucoup de fraises et surement des framboises. Les roses sentent merveilleusement bon. Les abeilles butinent dans l'espace "jachère". Un poulailler est en construction. Il doit être terminé pour juin en espérant que le vide sanitaire sera terminé pour avoir le droit d'acheter et de faire circuler les poulets. Des petits pois ont été cueillis et mangés. Des poireaux également. Les choux romanesco se portent bien ainsi que les choux cabus. De nouvelles manières de semer suite aux expériences ratées. Du paillage. Des tomates qui survivent au temps déchaîné. 

 

Les fraisiers sont en plein effervescence ; la première fraise était délicieuse malgré les grosses pluies. Pour parvenir à ce résultat j'ai dû débuter un arrosage à la mi avril. 

fraisiers mai 2017

 

Le noyer amené depuis le Jura l'année dernière bourgeonne. Ouf ! il est sauvé. Beaucoup de mirabelles sont attendus pour le début de l'été. On a plus d'un mois d'avance par rapport à la Lorraine. Le kaki devrait nous donner quelques fruits cette année. Les arbustes et les futurs grand arbres vont bien, surtout le sureau médicinal, qui était en très piteux état à la plantation ( d'ailleurs la pépinière me l'avait donné gratuitement). Et les rosiers ont plus ou moins supportés les grosses pluies. Il y a d'autres bourgeons qui vont éclore dans les prochains jours. 

 

fruitiers et arbustes mai 2017

 

C'est la dalle du futur poullailler. Un gros travail que le zhomme entreprend avec fierté et brio. 

 

futur poulailler mai 2017

 

Et voici le potager composer de 14 planches de cultures notées de A à N. Normalement une 15e planche arrivera en son temps. Il est toujours en pente. 

 

potager haut et bas mai 2017

 

de droite à gauche

planche B  :

une rangée de semis de betterave rouge - j'ai du les recommencer. Sur cette terre il est préférable de faire un gros sillon, d'y mettre de l'or brun, les glomérules de betterave, un peu de terre, et de couvrir d'une petite épaisseur d'ortie ou d'herbe coupée jusqu'à hauteur de la moitié du sillon. Au bout d'une semaine il faut écarter l'herbe coupée et séchée pour donner de l'air aux nouvelles pousses. 

un repiquage de salade, arrosée de jus de purin dilué à 20 % et du poivre noir fraichement moulu tout autour. A cause de la grosse pluie, j'ai mis des demi bouteilles d'eau pour les protéger. Ils sont en pleine forme ... et toujours pas de limaces à cause du poivre. 

une ligne de radis prêts à manger

au fond on trouve des oignons qui grossissent et tout à droite de la planche il y a encore de la place

 

planche C

des salades bientôt bonne à manger, des semis de salades protéger par des cul de bouteilles d'eau, et de nouvelles plantations de salade, arrosées par du purin dilué de temps en temps et une pincée de poivre. 

une ligne non visible à gauche de carottes qui poussent parfaitement avec la méthode employée pour les betteraves.

au fond 6 plants de tomates protégés par un voile en plastique. J'ai pour l'instant repiqué sur 3 planches différentes une trentaine de plants de tomates. Ils sont tous protégés. J'y ai mis en plus de l'ortie et du calcium, des morceaux de bananes pour leur donner du potassium (favorise la floraison), du paillage d'herbe coupée (je n'ai pas de paille) et des graines de haricots nains entre chaque plants pour l'apport d'azote. Sur la planche A j'y ai mis également au milieu des graines de concombre qui pousse tranquillement. Il faudrait que j'ajoute des plants de choux fleurs sur les autres planches. Il y a encore le temps. 

 

planche D 

deux lignes de poireaux près plus ou moins à être mangés

une ligne de semis de carottes préparés de la même manière que les betteraves. 

au fond j'ai repiqué un plant de rhubarbe qui ne se plaisait pas près des chênes. Normalement il est très rare de réussir ce genre de culture dans le sud ouest car il y fait trop chaud. La rhubarbe a besoin d'un bon froid en hiver. Ici on traine en t shirt mi décembre ! et je n'ai pas mis de manteau d'hiver cet année !

planche E et F

4 lignes de petits pois qui poussent moins bien que l'année dernière. Je ne compte pas avoir 9 kg de petits pois. Il y avait des courgettes à cette endroit en 2016. Normalement il ne devrait pas y avoir de problèmes d'association entre les deux variétés mais tant pis. Je ne semerai plus des petits pois fin novembre mais uniquement début février comme en 2016. 

Entre les lignes de petits pois on trouve des lignes de navets de nancy. Une ligne est plus productive que l'autre ... les aléas de la culture potagère où on ne trouve pas forcément d'explication. 

planche B C D E et F mai 2017

 

planche G 

12 plants de tomates

 

planche I 

5 variétés de courgettes. 4 graines sont disposées autour d'une bouteille d'eau coupée et enterrée qui facilitera l'arrosage cet été. De part et d'autres est semés des haricots de 3 variétés différentes. 

planche J 

de l'ail au premier plant ( ail du magasin de légumes Grand Frais qui avait germé) 

2 rangées de semis de panais arrosées de temps en temps avec du purin d'ortie dilué de part et d'autres des choux

1 rangée de plants de choux romanesco paillée

1 rangée de plants de choux cabus paillée 

planche J I et G mai 2017

 

Les plants d'aubergines, de poivrons, de piments seront mis en terre fin de cette semaine si le temps le permet. 

J'ai crée en début d'année une zone aromates sans trop de conviction. Mais avec les dernières pluies tout pousse. J'y ai mis également deux plants de topinambours et replanté un chrysanthème de l'année dernière qui est en pleine forme. 

 

zone aromates

 

Bref si ma santé pouvait aller aussi bien que mes plantations ce serait le paradis sur terre. En attendant je ne peux plus conduire car j'ai évité de justesse un gros accident. Qu'on ait un malaise en conduisant en mettant en danger que soit même, c'est encore acceptable mais là j'aurai pu tuer alors plus de conduite tant qu'on ne sache pas d'où viennent mes gros malaises (ulcères ou autres). 

Pour terminer, côté tricot, je viens à peine au bout de 3 semaines, de terminer la première manche d'un pull pour mon fils ainé. Ca traine, mais ça traine et je déteste ça.