SCIENCES, VOYAGES ET CREATIONS

16 juin 2017

Les poulettes et l'adaptation ...

 

Les poules

 

Je vous présente la petite compagnie ... 

 

Aliénor (qui pond déjà ! deux oeufs dont le premier de 70 grammes contenant deux jaunes). C'est la chef du poulailler. 

alienor

 

Cunégonde (pas d'oeufs pour l'instant, mais ce n'est pas un soucis. Elle est très gentille)

cuneguonde

 

Bianca, une sussex blanche. 

bianca

 

Greyce, une sussex grise, très maternelle, qui a toujours un ou deux poussins, voir plus autour d'elle. Elle leur apprend plein de petites choses. 

greyce

 

Donc 4 poules qui nous procureront nos oeufs dans le futur. Pour l'instant une seule est en capacité de pondre, Les autres sont encore trop jeunes. 

 

Je n'ai pas pu prendre en photo les 8 poussins ensemble. Il y a 4 "cou nu" et 4 roux. Ils avaient 4 semaines à leur arrivée. Ils serviront de rôtis d'ici 3 mois et demi. J'attend toujours 140 jours avant de les tuer. A cet âge là, ce sont des adultes et non plus des poussins. Ils auront plus de 2,5 kg. La viande est très tendre si on la laisse 7 jours dans le frigo. C'est le temps de maturation de n'importe quelle viande. 

 

Des adaptations

 

Afin d'éviter l'arrivée des oiseaux dans le poulailler et de prévenir de toute grippe aviaire, nous avons posé un voile vert sur la zone

 

poulaille voilé

 

 

Le pondoir prévu initialement est trop chaud en été. La niche pour chat, qui n'est plus utilisée par la Minette, a été recyclée. C'est devenu un joli pondoir pour deux poules. La paille a été transférée dans le local à herbe sèche. Et pour éviter qu'une des poules y aille pondre ou dormir, un ancier tapis de gym rouge sert de porte amovible. Un morceau de ce tapis a été également clouté à l'entrée du pondoir pour obscurcir l'intérieur. 

 

pondoir

 

Il y a encore suffisamment d'herbe sur la zone pour ne pas penser pour l'instant à laisser en liberté les poules sur les 2000 mètres carrés disponible. Elles ont moins peur depuis leur arrivée mais les petits ne sont pas encore assez grand pour être laissé en liberté. 

En attendant Greyce a préparé pour toute la troupe une zone dépuçoir au pied du chêne ... c'est toujours agréable un bain de sable ... 

 

dépucoir

 

 

Posté par SOLEIL DE MINUIT à 10:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 juin 2017

Le poulailler

 

Petite histoire de la venue d'Aliénor, Cunéguonde, Bianca, Greyce et des poussins .... 

 

Ca me manquait terriblement d'avoir à nouveau un élevage de poules. Surtout les oeufs, leurs présences, leurs cuisses ... ! C'est bon un bon poulet grillé ! 

Alors le zhomme, qui s'ennuie un peu à la retraite, a continué les constructions. 

Montage d'un poulaillé. Une plateforme en béton, des planches, du lambris, des portes, des clous, des vis etc... et voici ce que tout cet assemblage peut donner ...

L'ensemble en cours de finition ....

C'est une vue d'ensemble du poulailler du côté sud 

 

poulailler 1

 

Du côté ouest on voit une série de contenant de toutes sortes qui servent à récupérer de l'eau de pluie. 

 

poulailler 2

 

Sur le devant un pondoir a été construit, mais il y fait trop chaud avec cette période de canicule ! 

 

poulailler 3

 

Des gravillons sont mis à disposition pour aider les poules à "mastiquer" les aliments. Ils ont été enlevés de cette boite en polystyrène car les poules picoraient également la boîte ! 

 

poulailler 4

 

Une zone de feuilles mortes avait été prévue avant la pluie pour que les poulettes puissent y trouver des vers, des insectes, des larves, etc ... de la protéine vivante en self service

 

poulailler 5

 

La zone de repas et de boissons

 

poulailler 6

 

La cuisine : 

- un concasseur de maïs

- un hachoir de légumes

Ils datent du début du siècle dernier, en fonte, hyper solide. 

 

poulailler 7

 

La porte d'accès à la chambre des poulettes

 

poulailler 8

 

Leur chambre de repos avec une fenêtre grand style, les pondoirs pour cet hiver, un couchage d'herbe ( de la paille y est également ajoutée). 

Pour info le ballot de paille coûte 2 euros. Une ruine lol ! 

 

poulailler 9

 

Une isolation du toit ( plaque de polystyrène, puis de médium)

 

poulailler 10

 

Vouai bon, une barre a été mise. Enlevée depuis l'arrivée des poulettes qui n'en avaient absolument pas besoin.

 

poulailler 11

 

 

La réserve à paille et herbe sèche

 

poulailler 12

poulailler 13

 

Une vue de l'est du poulailler

 

poulailler 14

 

 

Depuis la prise de ces photos, beaucoup de changements ont été apportés. Il a bien fallu s'adapter aux poulettes et à l'environnement ... la suite demain. 

 

 

Posté par SOLEIL DE MINUIT à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juin 2017

Un pull par cette canicule

Avant de parler d'Aliénor, je vais m'arrêter un moment sur les épisodes tricotesque en cours. 

Il est bien entendu que j'ai réussi, je ne sais encore comment, à me rendre à la journée mondiale du tricot au parc Jean Rameaux de Mont de Marsan. Journée organisée de mains de maître par les copines du tricothé (clic clic pour suivre le déroulé de l'événement). 

Passée uniquement le matin, je me suis fait filmer par France 3 aquitaine et on a pu me voir sur la chaîne le soir même. Bref, c'est là que je peux constater l'horreur de mon état de santé. Est ce que mes reins ne sont pas touchés ? Je suis si bouffie du visage. Bof ! le diabète est une maladie magnifique qui te ronge de l'intérieur. Passons. Ce qui compte est d'avoir pu revoir une partie de la troupe de fêlées de tricot et de crochet, d'avoir eu un magnifique cadeau ( ;-) !!) et de m'être changée les idées un moment. L'après midi, je l'ai passé à faire une sieste de 5 heures pour m'en remettre ! Mais bon en attendant de passer à nouveau sur le billard pour établir un nouveau diagnostique, maladie de Crohn, Helicobacter pilori en goguette ou autres, je tricote, je crochète, je lis ...  pendant que je ne dors pas dans mon lit ... ou sur la plage. 

Et oui, cette spasmophilie à la con diagnostiquée il y a  33 ans, n'est certainement pas de la spasmophilie. Si c'est la maladie de Crohn que j'ai en plus du diabète depuis plus de 40 ans, et bien, on peut dire que j'ai de la chance de pouvoir fêter le mois prochain mes 50 ans ! Et c'est là que je me demande ce qu'aprennent nos chers médecins pendant leurs études !!!! Passons. 

Je vais donc vous présenter le dernier tricot. Déçue par les modèles masculin de drops, il a bien fallu trouver une solution. Tout simple pour moi. J'avais les mesures du destinataire, des notions d'élaboration de modèles de tricots ( je suis modeste concernant les notions ! ) et donc ni une, ni deux, construction du futur tricot sur le papier à partir d'un échantillon. Et en avant ! Doucement, surement, dans les conditions actuelles ! Au bout de 3 mois (voui 3 mois, catastrophique ! ), j'ai réussi à terminer, hourra ! le pull de mon fils ainé, fait sur mesure, en fonction de ses désidérata.

Voici l'engin

 

pull michel 2

 

Toujours de la laine d'Alpaga de Drops, la Puna clic clic , coloris bleu marine n° 13. 

Posté par SOLEIL DE MINUIT à 10:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

06 juin 2017

Potager juin fin

 

Fin pour l'instant ... 

 

Planche J : 

Au premier plan, ce sont des piments, des forts, des doux, de toutes sortes. C'est bon le piment ... lorsqu'on sait le manger, le savourer, et c'est plein de bonne chose. 

Puis ce sont les aux. Première fois que j'en fait. Il y a des fleurs qui poussent. Alors heureusement qu'il y a des emissions potagères à la télé, c'est très récemment que j'ai appris qu'il fallait couper la tige des fleurs pour que les gousses puissent grossir. Ce n'était pas écrit dans mes bouquins !! Alors ni une ni deux, couac, couic, coupée la tige florale. 

Puis viennent les choux brocolis et romanesco. Bah les derniers se font manger par la racine. Déjà cinq de perdu. Bouh !!!! Et les brocolis ... ah! les piérides sont de retour. Ces fameux papillons blancs qui adorent pondre en dessous des feuilles de choux. Ce sont de petits oeufs couleur jaune orange. Alors mes mains sont pourvus de doigts. Et ils servent les doigts. Un peu d'eau dessus, on passe sous la feuille, et on ramasse les oeufs. Et pfout. Plus d'oeufs de piéride. Et c'est plus agréable ça que d'écraser les chenilles vertes. 

Puis mes panais, ben ils poussent. Il n'y en aura pas de trop car je n'avais pas encore utilisé ma super méthode de semis de racines. Ca ira mieux l'année prochaine. 

Et au bout, c'est l'apothéose. Mes trois plants de concombres qui s'éclatent. Tout va bien dans le meilleur des mondes. Je pousse, Je prolifère. Et la première concombre cueilli et mangé est prometteuse. Et à côté j'ai un plan de melon. Il va bien aussi. Tranquille le pépére. Il est heureux. Un plant me suffit. L'homme n'aime pas les melons et moi je ne peux pas en manger beaucoup. Et les garçons ne viendront pas vacances chez nous car ils bossent ou surtout vont voir d'autres contrées ... Les voyages forment la jeunesse. La vieillesse aussi lorsque c'est possible ! 

planche J juin 2017

 

Planche K : 

Les poivrons poussent et donnent des fleurs.

Les haricots arrivent. Ils sont buttés. Ah ! voui. Faut pas oublier de butter les haricots. Un peu de terre d'un côté, un peu de l'autre, à ramener avec une binette 

Source: Externe

 

Et les choux pour la choucroute .... ben faut pas y compter. J'y mettrai autre chose à cet endroit. Je ne sais pas encore. 

 

planche K juin 2017

 

Planche L : 

Que dire ? 

Un nouvel essai pour faire des céleris rave. C'est une culture difficile qui a besoin d'eau et d'engrais. Bon j'ai mon purin et il pleut en ce moment. Tout va bien. Mais si cet été nous avons à nouveau 40 °C, j'oublie cette culture. 

Il y a également des choux rouges, plants achétés au marché du coin. Ca pousse bien ici. Pas trop difficile ... tant qu'il y a de l'eau ! 

Des céleris branche. C'est un peu plus facile que les raves. On verra. 

Puis une rangée de poireaux, plants également achetés au marché. Il reste de la place pour la rangée de carottes. 

Puis au fond, ce sont deux chouchoux, ou christophine. On verra. Ca ne supporte pas non plus l'excès de chaleur. Alors j'ai paillé tout de suite. Et après les 35 °C de la semaine dernière, il fait moins chaud cette semaine. Et il pleut. On verra. L'année dernière c'était la berezina et l'année précédente, on ne savait plus comment le cuisiner. 

 

planche L juin 2017

 

 

Planche M et N : 

Avec ces deux planches, on reste à l'île de la Réunion. Après les chouchoux de la planche précédente, je vous présente des haricots grains. Semence venus, ramené en direct de cette île de l'Océan Indien. Ils sont en pleine forme. Pas de feuilles picorées, Je pousse et je me développe. Vivement la récolte fin septembre pour les apprécier. 

 

planche M et N juin 2017

 

Planche O : 

La dernière. Elle est en cours de construction et doit s'élargir. Pour l'instant, à nouveau, une rangée de piment. Oui, nous mangeons beaucoup de piments. La moitié du temps, ma cuisine embaume le rougail, le carry, alors le piment se fait la part belle dans notre alimentation.  

 

planche O juin 2017

 

Juste pour terminer, j'ai récolté mon premier oignon, juste pour voir. Et j'ai vu. En pleine forme la bête. Je peux enfin les utiliser. Et plus d'oignons à acheter au supermarché du coin. De l'oignon tout frais au potager quand j'en ai besoin. Du producteur au consommateur. Du direct. du circuit ultra court. Du potager à l'assiette en passant par le chemin d'accès, l'évier, l'épluchage, la cuisson ou non ... de l'ultra, ultra court. On ne peut pas faire plus court ! Ouai je charrie ! Je me moque des bobos bien branché, écolo en goguette, et surtout végétariens qui n'ont jamais remué de la terre ou les Vegan, surtout ces derniers ! C'est les pires. Parce que ces rigolos lorsqu'ils vont savoir que les plantes communiquent entres elles, sont sensibles à la souffrance, etc, je me demande bien ce qu'ils vont encore nous inventer comme conneries. Tu vas voir qu'ils vont nous dire qu'ils faut manger des tablettes de nutriments chimiques pour éviter de faire mal aux plantes ! Je veux bien respecter les idées de chacun ..... mais la connerie humaine, non merci. Il y a des limites à ne pas franchir. Ah ! pour sûr que les publicitaires, les industriels vereux en profitent à Donf de tous ces rigolos. A me demander presque si ce n'est pas eux qui créent toutes ces modes débiles. Comme la fausse viande qui contient du soja à gogo et qu'on sait pertinemment que c'est très mauvais pour la santé. Oui je répéte, le soja c'est de la merde pris en trop grosse quantité ! ce sont des oestrogènes à gogo responsable de cancers du sein et je ne vous parle pas des modifications chez les garçons. Comment faut il parler pour faire arrêter cette mode de lait, de yaourt, de fausse viande au soja ? Bah ! pourquoi en parler, pourquoi empêcher les industriels se faire des fortunes, pourquoi empêcher la connerie de se propager ???

Bref ! je pense avoir eu ce coup de gueule car les spots législatives, certains youtubeurs me gavent. Alors je me suis exprimée. Quelques lignes car je n'en pouvais plus.

 

Posté par SOLEIL DE MINUIT à 08:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juin 2017

potager juin suite

 

Et toujours la suite (j'ai pour l'instant 15 planches de culture et plein d'autres choses ... de quoi raconter plein de truc)

 

planche E et F : 

C'est la fin des haricots, euh non, des petits pois et des navets de nancy ... et je ne suis pas très ravie du résultat. Alors que l'année dernière le même nombre de métrage m'a rapporté 9 kg de petits pois, cette année je n'en ai même pas un tiers. La semence avait été achetée il y a 3 ans. Une année de trop certainement alors que la date limite indiquée sur le paquet n'était pas dépassée. 

Il faut savoir que la semence est fragile. On peut la garder d'une année sur l'autre mais 3 ans, c'est certainement de trop. En plus je n'ai pas les bonnes conditions de conservation, un local frais et bien ventilé. Bref ! Il vaut mieux acheter ses semences chaque année ou au pire tous les deux ans. 

Pour les navets, la semence avait deux ans. Je ne les avais pas trop bien réussi l'année dernière mais je savais que les conditions optimales n'avaient pas été réunies. Par contre cette année, j'en ai bien eu. Ils ont poussé. Mais je suis déçue par leur grosseur. De toute manière, l'année prochaine, j'achète toutes mes semences chez Baumaux. Ils proposent nettement plus de choix que chez Gamm Vert (le seul semencier du coin et dire que je suis dans une zone agricole).  

Au niveau des pois déjà enlevés, j'ai repiqué un excédent de semis de betteraves rouges - il faut savoir que ces dernières, en surnombre lorsqu'on fait des semis, peuvent être repiquées ailleurs. Alors je peux avoir l'espoir de multiplier par deux ma récolte. Ce qui n'est pas le cas avec les radis, les carottes, les navets qu'on doit éclaircir. C'est à dire enlever des pousses pour faire de la place. Et pouf ! des dizaines de graines germées qui passent à la trappe et qui ne deviendront pas de beaux légumes. Du gâchis ! ... qu'on ne peut éviter. 

planche E et F juin 2017

 

Planche G : 

Toujours des tomates, avec quelques graines de haricots nain pour l'apport d'azote et des oeillets d'inde pour favoriser la pollinisation. 

planche G juin 2017

 

Une petite halte là dessus. Et voui je n'ai pas encore fini de parler de ces fameuses tomates. Voici la photo ci dessous d'un autre plant de tomate. Il fait partie de mes semis de cette année, réalisé également fin janvier dans les mêmes conditions. Mais le résultat n'est pas le même. 

Il n'a pas eu droit au purin d'ortie, ni aux coquilles d'oeuf, ni aux bananes. Il n'était pas protégé par un film d'avril à mi mai. Bref ! les pires conditions. Alors bien sûr il porte également des tomates encore verte à ce jour, mais il n'en produira pas énormément, même très peu. Donc entre les tomates photographiées ci dessous et celle ci dessous, la conclusion est évidente. Il n'y a pas que la semence ou la terre qui compte dans la réussite des cultures, mais également tout l'amour qu'on y met. Autant on prépare des mets succulents à nos bout de chou pour en faire de très beaux adultes épanouis. autant il faut en faire de même avec toutes les graines ... qui ne passent pas forcément dans nos utérus ! Bon de là à dire que les cultures sont une affaire de femme, je vais m'en garder ! Bien qu'en faisant de la sociologie rapide, il est vrai qu'on trouve plus facilement des femmes au potager avec une houe et des remèdes de sorcières à travers le monde, et l'homme derrière une machine ou un animal avec des produits chimiques de tout genre !

 

tomates chetif

 

Planche H : 

 

Un essai de culture ... d'artichaut et de blettes. Je n'en ai jamais fait. Il y a des bouquins pour essayer de réussir, des vidéos, je n'en ai pas encore cherché. Au centre il reste de la place pour mettre trois rangées de haricots nains. Je me suis rendue compte que certains haricots semés sur d'autres planches auront peut être du mal à venir à terme. Sur  la planche I vous comprendrez pour quelle raison j'évoque ce problème. 

 

planche H juin 2017

 

Planche I : 

 

Voilà le problème

 

planche I juin 2017

Des plants de courgettes qui arrivent enfin ! J'ai été obligée de refaire des semis car certaines graines (qui avaient 3 ans également) n'ont pas voulu germé. Mais ils vont prendre beaucoup de place. Et là les haricots mis de part et d'autre de la planche ne vont pas trop appréciés. J'aurai dû, comme l'année dernière en mettre qu'une seule rangée mais j'ai voulu trop bien faire. Depuis la prise de la photo, j'ai paillé autour des courgettes pour maintenir au frais la terre et surtout pour éviter aux futures courgettes d'être en contact avec la terre et de risquer de pourir inutilement. 

Et la fin demain .... car mercredi, j'ai une autre belle histoire à raconter ... des histoires d'Héloïse, de Cunégonde, de Bianca, et bien d'autres ... 

 

Posté par SOLEIL DE MINUIT à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 juin 2017

Potager juin suite

 

Passons à la suite ... 

 

Planche C :

C'est là que je me dis que ma nouvelle manière de préparer les planches est des plus économique. Non seulement je ne me fatigue plus mais en plus cela permet à des graines de germer l'année suivante. Voui les plants de courges qu'on voit sur cette planche proviennent certainement de graines qui ont oublié de germer l'année dernière. Car je n'ai rien fait. Ca pousse tout seul ces bêtes là ! Il y en a une au fond à droite qui partage le terrain avec un plant de tomate. Tout va bien dans le meilleur des mondes. Il y a de la place pour tout le monde. 

 

planche C juin 2017

 

Planche D : 

Encore deux courges qui se sont invitées d'elles même. Puis à droite un essai de carottes avec la nouvelle technique ... et ça marche, Vive le purin ! 

Alors ni une ni deux je l'ai utilisé pour une rangée de navet de croissy, puis de haricot nain oxinel et une de radis rosée de pâques. Et ça pousse. 

Donc on résume : une tranchée, semer les graines, recouvrir de très peu de terre et garder une cuvette, mettre de l'herbe fraichement tondu ou non (sauf pour les haricots) et arroser le tout de purin d'ortie dilué. 7 jours plus tard enlever délicatement l'herbe séché. Et ne pas oublier, si la pluie ne s'en charge pas, d'arroser le tout un peu chaque jour.  

Les trois poivrons devant ont été paillés. 

 

planche D juin 2017

 

La suite plus tard ... 

 

 

 

 

Posté par SOLEIL DE MINUIT à 17:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

03 juin 2017

Potager début juin

 

Je ne laisse pas beaucoup d'infos ici. Je fonctionne tellement au ralenti, genre je mets une journée entière pour tuteurer 10 pieds de tomates, que poster quoi que ce soit devient difficile. Heureusement que chaque post peut être mis en brouillon pour prendre son temps ! 

Bref ! 

Passons au potager où j'y traine tout mon temps lorsque je ne dors pas. Lentement j'avance, doucement. Mais j'avance, c'est ce qui compte. 

Pendant que je bine, mets des graines, le paillage ou je ne sais quoi d'autres, le zhomme s'occupe. Il recycle. Il est devenu l'as du recyclage de lits, de bambou, etc. Faut pas lui laisser quoi que ce soit en main. Il te fait des châteaux pour poulettes (une prochaine histoire), un conte des milles et une nuit du potager. 

Voui, j'ai droit à un potager de luxe ! 

entr_e_du_potager

 

Ben voui, lorsque vous allez dans votre potager, passez vous en dessous d'une arche ... qui sera fleurie dans le futur par des rosiers grimpants. Et ces barrières en croisillons ! Les encadrements des anciens lits de nos fils sont transformés ! Depuis la prise de ces photos, les barrières se sont multipliées pour entourer à 90 % le potager. L'homme a été stoppé dans sa quête du recyclage par manque de bambou. Et bon, les 10 % restant sont biscornu alors mettre du grillage est plus adéquat. Oui parce que du grillage, il lui en reste ... faut bien tout recycler ! 

Alors entrons par le portillon, pour admirer le nouvel usage du bambou : une goutière pour amener l'eau dans une poubelle, à défaut d'un récupérateur d'eau ... voui ça viendra plus tard tout ça. Il y en aura même deux, soit 2000 litres d'eau de pluie récupérée. Et oui, il vaut mieux récupérer cette eau car vivre à la campagne veut dire aussi avoir au  robinet de l'eau polué par les pesticides. 10 fois la norme chez moi. qui dit mieux ? C'est beau la nature. Et dire qu'il y en a qui croient encore qu'on peut manger sans pesticide. La belle blague ! Et ça ne risque pas de changer car les élus ont tous des bras dans ce merdier ... et ils adorent ça ! 

Donc voici la bête

premier récupérateur d eau

Ce qui me permet entre autre de préparer mon purin d'ortie. 

purin d ortie juin 2017

Le purin d'ortie se prépare avec bien sûr des orties mais également avec de l'eau de pluie ! 

Depuis que j'arrose tout mon potager avec du purin d'ortie dilué ( une petite casserole de purin pour un arrosoir),  tout pousse superbement. 

Je viens de manger ma première tomate et le premier concombre. J'en ai beaucoup d'autres. Les plants sont magnifiques. 

concombre et tomates juin 2017

 

Alors en revue 

La planche A : toujours des tomates, avec des haricots, des concombres. Tout est paillé. Les tomates et les concombres sont tuteurés avec de la ficelle, je devrais dire avec de la laine ! Je tricote même mes tomates ! Je n'enlève pas les gourmands sauf celles tout en bas du pied. Il est plus simple de conduire chaque branche avec de la ficelle. Ben voui, à part si votre sol est pauvre, c'est débile d'enlever les sois disant gourmands ! Mais si vous mettez du purin, des coquilles d'oeufs, de la banane ( voui pour amener du potassium à vos tomates pour qu'elle fasse de belles fleurs, vous gardez vos peaux de bananes, vous les coupez en tronçon et vous les mettez au pied de vos tomates) votre pied de tomate peut facilement supporter plusieurs branches et les tomates sont aussi grosses que sur les photos des prospectus. En maraichage on taille les tomates, surtout sous serre pour minimiser le temps de la récolte et maximiser l'espace. Ce qui n'est pas mon cas. Si je dois chercher toutes les tomates au milieu des feuilles et si elles prennent beaucoup de place, je m'en fous

planche A juin 2017

 

La planche B : au fond, toujours les oignons, à gauche de la salade, puis des betteraves rouges d'égypte, une rangée d'aubergine, une rangée de haricots nains. Seul les aubergines sont paillées. J'attends que la deuxième fleurs paraissent pour les tailler. 

 

planche B juin 2017

 

Une photo tiré d'une vidéo de youtube "la blible du jardinage" (https://www.youtube.com/watch?v=0TTRBWzvh9s)

taille des aubergines

 

Et la suite plus tard ... 

Posté par SOLEIL DE MINUIT à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 mai 2017

Potager début mai 2017

 

Je vais lentement mais surement. Trop de malaises, trop de fatigue. Mi mai j'en saurai plus. En attendant je sème des haricots, des salades, des carottes, etc ... on peut faire tout ça même en étant mal fichu. 

Beaucoup de pluie cette dernière semaine. Tant mieux. Il fait frais mais la température minimale n'est pas descendu en dessous de 2 °C. Donc j'aurai des mirabelles, quelques quetsches, cerises, poires et pommes et beaucoup de fraises et surement des framboises. Les roses sentent merveilleusement bon. Les abeilles butinent dans l'espace "jachère". Un poulailler est en construction. Il doit être terminé pour juin en espérant que le vide sanitaire sera terminé pour avoir le droit d'acheter et de faire circuler les poulets. Des petits pois ont été cueillis et mangés. Des poireaux également. Les choux romanesco se portent bien ainsi que les choux cabus. De nouvelles manières de semer suite aux expériences ratées. Du paillage. Des tomates qui survivent au temps déchaîné. 

 

Les fraisiers sont en plein effervescence ; la première fraise était délicieuse malgré les grosses pluies. Pour parvenir à ce résultat j'ai dû débuter un arrosage à la mi avril. 

fraisiers mai 2017

 

Le noyer amené depuis le Jura l'année dernière bourgeonne. Ouf ! il est sauvé. Beaucoup de mirabelles sont attendus pour le début de l'été. On a plus d'un mois d'avance par rapport à la Lorraine. Le kaki devrait nous donner quelques fruits cette année. Les arbustes et les futurs grand arbres vont bien, surtout le sureau médicinal, qui était en très piteux état à la plantation ( d'ailleurs la pépinière me l'avait donné gratuitement). Et les rosiers ont plus ou moins supportés les grosses pluies. Il y a d'autres bourgeons qui vont éclore dans les prochains jours. 

 

fruitiers et arbustes mai 2017

 

C'est la dalle du futur poullailler. Un gros travail que le zhomme entreprend avec fierté et brio. 

 

futur poulailler mai 2017

 

Et voici le potager composer de 14 planches de cultures notées de A à N. Normalement une 15e planche arrivera en son temps. Il est toujours en pente. 

 

potager haut et bas mai 2017

 

de droite à gauche

planche B  :

une rangée de semis de betterave rouge - j'ai du les recommencer. Sur cette terre il est préférable de faire un gros sillon, d'y mettre de l'or brun, les glomérules de betterave, un peu de terre, et de couvrir d'une petite épaisseur d'ortie ou d'herbe coupée jusqu'à hauteur de la moitié du sillon. Au bout d'une semaine il faut écarter l'herbe coupée et séchée pour donner de l'air aux nouvelles pousses. 

un repiquage de salade, arrosée de jus de purin dilué à 20 % et du poivre noir fraichement moulu tout autour. A cause de la grosse pluie, j'ai mis des demi bouteilles d'eau pour les protéger. Ils sont en pleine forme ... et toujours pas de limaces à cause du poivre. 

une ligne de radis prêts à manger

au fond on trouve des oignons qui grossissent et tout à droite de la planche il y a encore de la place

 

planche C

des salades bientôt bonne à manger, des semis de salades protéger par des cul de bouteilles d'eau, et de nouvelles plantations de salade, arrosées par du purin dilué de temps en temps et une pincée de poivre. 

une ligne non visible à gauche de carottes qui poussent parfaitement avec la méthode employée pour les betteraves.

au fond 6 plants de tomates protégés par un voile en plastique. J'ai pour l'instant repiqué sur 3 planches différentes une trentaine de plants de tomates. Ils sont tous protégés. J'y ai mis en plus de l'ortie et du calcium, des morceaux de bananes pour leur donner du potassium (favorise la floraison), du paillage d'herbe coupée (je n'ai pas de paille) et des graines de haricots nains entre chaque plants pour l'apport d'azote. Sur la planche A j'y ai mis également au milieu des graines de concombre qui pousse tranquillement. Il faudrait que j'ajoute des plants de choux fleurs sur les autres planches. Il y a encore le temps. 

 

planche D 

deux lignes de poireaux près plus ou moins à être mangés

une ligne de semis de carottes préparés de la même manière que les betteraves. 

au fond j'ai repiqué un plant de rhubarbe qui ne se plaisait pas près des chênes. Normalement il est très rare de réussir ce genre de culture dans le sud ouest car il y fait trop chaud. La rhubarbe a besoin d'un bon froid en hiver. Ici on traine en t shirt mi décembre ! et je n'ai pas mis de manteau d'hiver cet année !

planche E et F

4 lignes de petits pois qui poussent moins bien que l'année dernière. Je ne compte pas avoir 9 kg de petits pois. Il y avait des courgettes à cette endroit en 2016. Normalement il ne devrait pas y avoir de problèmes d'association entre les deux variétés mais tant pis. Je ne semerai plus des petits pois fin novembre mais uniquement début février comme en 2016. 

Entre les lignes de petits pois on trouve des lignes de navets de nancy. Une ligne est plus productive que l'autre ... les aléas de la culture potagère où on ne trouve pas forcément d'explication. 

planche B C D E et F mai 2017

 

planche G 

12 plants de tomates

 

planche I 

5 variétés de courgettes. 4 graines sont disposées autour d'une bouteille d'eau coupée et enterrée qui facilitera l'arrosage cet été. De part et d'autres est semés des haricots de 3 variétés différentes. 

planche J 

de l'ail au premier plant ( ail du magasin de légumes Grand Frais qui avait germé) 

2 rangées de semis de panais arrosées de temps en temps avec du purin d'ortie dilué de part et d'autres des choux

1 rangée de plants de choux romanesco paillée

1 rangée de plants de choux cabus paillée 

planche J I et G mai 2017

 

Les plants d'aubergines, de poivrons, de piments seront mis en terre fin de cette semaine si le temps le permet. 

J'ai crée en début d'année une zone aromates sans trop de conviction. Mais avec les dernières pluies tout pousse. J'y ai mis également deux plants de topinambours et replanté un chrysanthème de l'année dernière qui est en pleine forme. 

 

zone aromates

 

Bref si ma santé pouvait aller aussi bien que mes plantations ce serait le paradis sur terre. En attendant je ne peux plus conduire car j'ai évité de justesse un gros accident. Qu'on ait un malaise en conduisant en mettant en danger que soit même, c'est encore acceptable mais là j'aurai pu tuer alors plus de conduite tant qu'on ne sache pas d'où viennent mes gros malaises (ulcères ou autres). 

Pour terminer, côté tricot, je viens à peine au bout de 3 semaines, de terminer la première manche d'un pull pour mon fils ainé. Ca traine, mais ça traine et je déteste ça. 

 

Posté par SOLEIL DE MINUIT à 11:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 avril 2017

Potager mi avril 2017

 

Il change  constamment ... c'est la grande période !! 

Mes tomates ; j'ai du me rendre à l'évidence. Les plants étaient bien trop grands dans leurs petits pots. Il a fallu les transplanter. Un 7 avril. Certains ont même déjà des fleurs. 

Alors j'ai tout prévu. Un trou pour y mettre des orties coupées, avec des coquilles d'oeufs ou d'huitres concassées pour éviter la maladie du "cul noir", une bouteille pour l'arrosage, un poteau ... et surtout un voile plastique pour les protéger du froid, de la pluie et que sais-je. 

Alors  pour l'instant voici mon potager avec mes plants de tomates

 

potager 7 avril

 

Et oui les voiles plastiques ne servent à rien, juste à faire des voiles de bâteau potager. Car du froid, y en a pas. La température oscille entre 21 et 29 °C l'après midi et le matin entre 8 et 12 °C. Et de la pluie ? Rien, nada, passerz y a rien à voir. Donc mes tomates poussent. Ils battifolent. Ils font des fleurs, en avril, sans être sous serre. Mais je veille au grain. Les voiles sont fixées en attendant ... 

Depuis cette photo, j'ai transplanté les oeillets d'inde qui protègent le potager d'un peu de tout ... et ce sera plus joli, des choux romanesco et brocolis, des salades. 

Bref déjà 8 planches de culture occupées sur 14. 

En attendant que tout pousse il faut penser également à mettre un peu plus de vie sur le terrain. Juste du gazon, c'est pas mon truc. Alors, alors ...

 

Mes premiers rosiers

the poet s wife et Lady of Shalott

The poet's wife et Lady of Shalott de David Austen

Je n'oublierai pas de lire le poème de ce dernier rosier lorsqu'il sera en fleur 

« Et dans les eaux sombres de la rivière
Tel un prophète téméraire en transe,
Réalisant toute son infortune —
C'est avec une figure terne
Qu'elle regarda Camelot.

Et lorsque le jour déclina,
Desserrant la chaîne, elle s'allongeait ;
Le courant au loin l'emportait,
La Dame de Shallot… »

— Lord Alfred Tennyson, Extrait de la IVe partie  clic clic 

 

Mon leucospermum vulkano clic clic

 

leucospermum vulkano

Un photinia pink marble clic clic

 

photinia pink marble

 

Les voisins ont principalement que le photinia red robin. Je ne l'aime pas. Il est trop rouge. Alors lorsque je suis tombée sur ce pink marble, je n'ai pas pu y résister. 

 

Un Ribes Sanguineum clic clic 

 

ribes sanguineum

Un Buddeleya officinalis clic clic 

 

buddeleya officinalis

 

Un lilas de couleur violet clair ( des rejets pris chez la belle soeur)

 

lilas violet

 

Nota : mes fraisiers sont en pleine forme et je ne regrette pas de les avoir changé de place. En plus les avoir protégé des mauvaises herbes par des sacs de terreau retourné (voui, je recycle tout), ne leur font que du bien. J'ai hâte de manger les fraises. 

framboisiers et fraisiers

 

 

Posté par SOLEIL DE MINUIT à 12:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 avril 2017

Potager du 1er avril

 

Beaucoup de travail en ce moment ; ça recommence. Et enfin de la pluie. Il est temps. Nous sommes en déficit. 

Nos fruitiers ne sont pas encore touchés, heureusement ... un petit échantillon mais le noyer qui vient du Jura ne s'est pas encore réveillé. Le mirabellier, le cerisier, les pommiers et les poiriers donnent tous des feuilles et des fleurs. 

verger_1

 

Les fruits rouges vont très bien dans leur nouvel emplacement. Et la rhubarbe est toujours vivante. Va t elle nous donner de belles branches cette année ? 

fruits_rouges

 

Une partie des semis ont déménagés depuis plus de quinze jours dans la serre. Les tomates sont trop à l'étroit dans leurs petits pots. Je n'ai pas de place pour tous les rempoter. Je vais être obligée de les mettre en terre ... mais pas sans protection. Je vous raconterai cela plus tard. 

 

semis 1

semis 2

Les planches de cultures ont été travaillées. J'ai agrandi un peu le potager et je passe de 13 à 14 zones de culture. Et oui, un grillage blanc délimite maintenant notre terrain. Il n'y a pas que celà qui a changé. Mais c'est une autre histoire qui n'est pas terminée pour l'instant. 

PREPARATION PLANCHE DE CULTURE ANNEE 2017

 

Alors j'ai fait des plantations ... 

plantation 1

 

Je ne suis pas satisfaite des petits pois cette année. J'espère que les navets vont les bouster comme l'année dernière. Les graines ont été semées en décembre dernier, car c'est ce qu'on fait en gascogne. Mais bon je n'aime pas le résultat. 

Concernant les plants de salades, j'ai changé de méthode. Lors de la plantation, j'ai bien sûr coupé la moitié haute des feuilles, mis en terre, mais j'ai surtout mis autour de chaque plant du poivre noir fraichement moulu et arrosé de purin d'ortie dilué à 10 %. Bref, pas un seul plant ne s'est flétri malgré les 24 °C de ces derniers temps. Et comble de bonheur aucune limace n'est venue se délecter, même lorsque la pluie et l'orage de la nuit dernière sont arrivés. 

Posté par SOLEIL DE MINUIT à 18:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]